L’âme du lieu

L’âme du lieu

DANS L’UN DES PLUS BEAUX IMMEUBLES DE NICE

À la lisière du Vieux Nice, à deux pas du tramway, difficile de manquer la brasserie Gaglio avec sa belle vitrine sur deux étages toute de bois et d’or vêtue, rappelant avec grâce que l’endroit fut autrefois l’élégante bijouterie de Vincent Gaglio fils, dont le nom est toujours inscrit sur la façade en lettre de bronze.

L’immeuble qui l’abrite avec sa façade jaune typiquement niçoise est lui-même surmonté d’une splendide coupole Belle Époque du plus bel effet. Sur la place Saint-François la brasserie Gaglio déploie sa terrasse, face aux jardins de la Promenade du Paillon, à mi-chemin entre les plus célèbres places de Nice : Masséna et Garibaldi.

UNE BRASSERIE CHIC À PRIX COSY

C’est dans une ambiance de brasserie traditionnelle qu’on s’attable à la brasserie Gaglio. Sur les iconiques chaises tressées de la grande terrasse ensoleillée ou à l’intérieur sous les lustres à pampilles, le tout avec une décoration chic, chaleureuse et design à la fois. On peut même choisir d’admirer par les grandes fenêtres de l’étage le prestigieux lycée Masséna, les espaces paysagers du Paillon et l’animation de la ville.

DES PETITS PLATS SAVOUREUX

On y déguste des plats traditionnels de brasserie française (côte et tartare de bœuf, plancha de gambas, pluma de cochon ibérique…), des spécialités aux accent d’aqui et de Corse et des plats du jour avec des produits de saison.

À l’heure du tea time des pâtisseries maison et des glaces artisanales font le bonheur des papilles les plus blasées. 

Le tout porté avec bonne humeur par une brigade de service vraiment professionnelle mais aussi attentive et courtoise.

LA BRASSERIE GAGLIO, À L’ENTRÉE DU VIEUX NICE

Avant de vous attabler au Gaglio vous vous promènerez avec plaisir sur la place Saint-François et vous vous souviendrez qu’elle tire son nom d’un couvent de franciscains construit au XIIIe siècle. Abandonné à la Révolution et en grande partie démoli dans les siècles suivants, le couvent est devenu par la suite l’hôtel de l’Aigle d’Or avant que la Ville de Nice ne s’en porte acquéreur. L’église du couvent, qui subsiste toujours, a abrité au rez-de-chaussée une fabrique de glaces puis des locaux pour le service de nettoiement de la ville, et au premier étage un cinéma puis un dancing.
À deux pas de la brasserie Gaglio vous pouvez également remarquer le Palais Communal, construit dans le style baroque turinois en 1574. Ancien Hôtel de Ville de Nice il a été pillé et saccagé par les troupes françaises en 1792. Repris par la municipalité en 2009, il devrait prochainement abriter un musée après la rénovation de la place Saint-François devenue totalement piétonne.
Enfin, vous pourrez tout en dégustant l’une des spécialités de la Brasserie Gaglio, vous amuser du surnom de la ruelle Saint-François qui part de la place : « lou roumpe-cùou », ce qui en nissart signifie « le casse-cul » eût égard à ses nombreuses marches autrefois glissantes.